Selon, l'INSEE la base 112 a un impact économique limité

Publié le par base112basepopulairedeloisirs.over-blog.fr

La base aérienne 112 - Un effet limité sur l’activité économique

Nicolas Panafieu et Mickaël Bréfort

Résumé

Fin 2008, la base aérienne 112, implantée sur les communes de Courcy, Brimont et Bétheny dans la Marne, emploie 1 514 militaires et civils. Les commandes de la base auprès d’entreprises de la région génèrent une vingtaine d’emplois indirects. Ces salariés indirects et les salariés de la base induisent par leurs dépenses de consommation et celles de leurs familles l’équivalent de 500 emplois.
Au total, l’activité de la base aérienne génère, de près ou de loin, 2 040 emplois salariés. En comptant les conjoints et enfants de ces salariés, la population totale concernée par la présence de la BA112 s’élève à 4 800 personnes.

Sommaire

Publication

Avec 1 427 militaires et 87 civils, la base aérienne 112 (BA112) se classe quatrième des plus gros employeurs de la Marne après le centre hospitalier universitaire, les services municipaux de la ville de Reims, et la maison de champagne Moët & Chandon. Les 1 514 salariés de la BA112 ont élu résidence dans pas moins de 240 communes. Huit militaires et civils sur dix résident dans une commune du bassin rémois et un sur dix dans le bassin du Laonnois, situé à proximité. Au sein du bassin rémois, les salariés de la base se concentrent sur quelques communes, en particulier sur Reims, choisie comme commune de résidence par 630 militaires et civils. Les trois communes de Courcy, Brimont et Bétheny, sur lesquelles la base est implantée, en accueillent 320 autres : 55 résident dans un logement situé à l’extérieur de la base et 265 logent sur la base même.

Seulement une vingtaine d’emplois indirects chez les fournisseurs

La BA112 influe sur une partie de l’activité de ses fournisseurs et prestataires de services : des emplois indirects sont générés par les commandes de la base auprès d’entreprises de Champagne-Ardenne. Ces emplois sont estimés au prorata du montant des commandes passées dans leur chiffre d’affaires. Dans la quasi-totalité des cas, le montant des commandes représente moins de 3 % du chiffre d’affaires. Aussi, l’impact dans ces entreprises dépasse rarement l’équivalent d’un demi-emploi pour chacune d’elle, soit un total d’une vingtaine d’emplois. Ce faible impact indirect s’explique par la nature très spécifique de l’activité des sites militaires. Ils n’ont que très peu recours aux entreprises locales : d’une part, de nombreuses commandes relèvent de marchés nationaux, d’autre part, la Défense nationale fonctionne en grande partie de façon autonome.

Lieu des résidences des militaires et civils de la BA 112
Commune de résidence Emplois directs Part dans l'emploi
direct de la BA112
(en %)
Source : Insee, Base aérienne 112
Reims 628 41,5
Bétheny 39 2,6
Guignicourt 24 1,6
Witry-lès-Reims 19 1,3
Warmeriville 17 1,1
Tinqueux 16 1,1
Cormicy 13 0,9
Bazancourt 13 0,9
Boult-sur-Suippe 12 0,8
... ... ...
Courcy 8 0,5
Brimont 5 0,3
... ... ...
Total hors militaires logeant sur la base 1249 82,5
Militaires logeant sur la base 265 17,5
Total 1 514 100

retour sommaire

La consommation des militaires, des civils et de leur famille génère 500 emplois

La présence sur le territoire des salariés directs et indirects et de leur famille induit des dépenses dans un périmètre de chalandise au bénéfice d’entreprises locales. L’équivalent de 500 emplois est ainsi nécessaire pour satisfaire la consommation courante de ces personnes en commerces, logements, équipements sportifs et services. Du choix résidentiel des salariés de la base sur Reims résulte la concentration de ces emplois induits : 64 % d’entre eux se situent à Reims.

Carte : Poids des commune dans l'impact global en terme d'emploi

Note de lecture : Note de lecture : 1,5 % des 2 042 salariés concernés par l'activité de la BA112 résident à Guignicourt

Les emplois induits sont principalement localisés dans le commerce et les services aux particuliers, notamment dans les services de garderie ou les services éducatifs. Compte-tenu de leur âge - trois salariés de la base sur quatre ont moins de 40 ans - les militaires sont une fois sur deux parents d’au moins un enfant. De fait, le départ des militaires et civils et de leurs 1 130 enfants aura un impact sur l’activité des crèches ( 200 enfants ont moins de deux ans ), et aussi sur les établissements scolaires ( 540 enfants sont âgés de trois à dix ans et 390 ont plus de dix ans ). Bien sûr, cet impact est à relativiser en fonction du nombre de départs réels de militaires, comme de civils.

Répartition des actifs et de la population globale
liés à l'activité de la BA112 par commune
Commune de résidence Actifs concernés Part dans les actifs
de la commune
(en %)
Population concernée Part dans la population de la commune
(en %)
Source : Insee, Base aérienne 112
Reims 959 1,3 2 206 1,2
Courcy, Brimont, Bétheny (Base) 338 8,8 490 6,0
Guignicourt 30 3,5 97 4,5
Tinqueux 28 0,6 75 0,7
Cormontreuil 27 1,0 74 1,2
Witry-lès-Reims 23 1,1 74 1,6
Bazancourt 21 2,4 71 3,6
Warmeriville 20 2,0 63 2,9
Rethel 20 0,7 49 0,6
Cormicy 15 2 45 3,4
... ... ... ... ...
Total 2 042 / 4 819 /

Une population totale concernée de 4 800 personnes

Les 2 040 salariés issus des effets direct, indirect, induit et leur famille correspondent à une population estimée à 4 800 personnes. Parmi elles, près de six sur dix résident dans quatre communes : Reims et l’ensemble Courcy-Brimont-Bétheny. Reims en accueille 2 200, l’équivalent de 1,2 % de la population rémoise. Les 500 personnes résidant dans les communes de Courcy-Brimont-Bétheny, y compris les militaires logés sur le site, constituent 6 % de la population de cette zone. Les autres sont disséminées sur un grand nombre de communes. Pour autant, à Guignicourt, Bazancourt et Cormicy, si le nombre de personnes concernées par l’activité de la BA112 est relativement faible, il représente entre 3 % et 5 % des populations communales. Image fin de texte

schéma : Emplois et population liés à la base 112

 

Cette étude mesure l’emprise de la BA112 sur le territoire à travers les emplois qu’elle génère chez ses fournisseurs et les emplois induits par la consommation résidentielle des familles des militaires, et des civils.
Il ne s’agit pas d’une prévision des emplois qui seront supprimés suite à la fermeture de la base. Les emplois directs militaires seront effectivement perdus pour le territoire, mais ce ne sera pas le cas pour nombre des emplois indirects et induits. En effet, les entreprises prestataires ne réalisent qu’une faible part de leur chiffre d’affaires avec la BA112 et devraient parvenir à en compenser la perte.

 

 http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=13&ref_id=14905

Commenter cet article